Home » Tout savoir sur la prostate » Que faire en cas de symptômes ?

Que faire en cas de symptômes ?

Médecin traitant

Toutes les perturbations du métabolisme prostatique ont tendance à provoquer un impact plus important qu’elles ne le devraient sur la qualité de vie des hommes. La prostatite,  l’Hypertrophie Bégnine de la Prostate (HBP) ou le cancer de la prostate atteignent trop fréquemment un stade relativement avancé avant que la plupart des hommes décident d’aller consulter leur médecin traitant.

La majorité cite l’embarras et les obligations professionnelles comme raisons principales de ne pas avoir été consulter un médecin généraliste ou un urologue lorsqu’ils éprouvent des problèmes urinaires. Il est vraiment impératif de faire évoluer les mentalités, car plus le diagnostic et la prise en charge sont mis en place rapidement, et plus les perspectives de solution sont élevées.

Aussi, si vous avez aussi bien de légers doutes que des troubles persistants nous vous recommandons
de toujours consulter votre médecin traitant.

Test PSA

Qu’est ce que le PSA?

Le PSA (Antigène Spécifique de la Prostate) est une protéine fabriquée par la prostate que l’on retrouve dans le liquide prostatique, cependant une certaine quantité de PSA s’échappe des canaux de la prostate et rejoint la circulation sanguine, ce qui permet son dosage dans le sérum, à l’origine du développement du test sanguin. En France, le dosage normal de PSA se situerait entre 0 et 4 ng/ml.

Pourquoi les taux de PSA sont ils importants ?

Si l’on peut résumer que plus le taux de PSA est élevé, plus le risque de présence de cellules cancéreuses dans la prostate augmente, il faut cependant préciser qu’un taux de PSA élevé n’est pas synonyme de cancer de la prostate. L’augmentation du PSA peut aussi marquer la présence d’une anomalie bénigne de la prostate, sans gravité. L’inflammation, l’HBP ou l’éjaculation sont également des causes d’élévation du PSA.

Mais à l’inverse, un taux de PSA bas n’est pas non plus synonyme de « non cancer » de la prostate,
d’où l’importance du suivi par son médecin traitant.